Les réseaux de la contrefaçon

Les pays importants de la contrefaçon sont répartis dans l’Asie  et le bassin méditerranéen. On va donc détailler quels sont ces pays contrefacteurs. 

La Chine fait  partie de ces pays importants de la contrefaçon de l’Asie, avec ces consœurs : la Thaïlande et la Corée du Sud qui seront mentionnées ci-dessous. 
La Chine est l’un des pays principaux producteur de contrefaçon, certain l’appelle-même « l’Empire de la contrefaçon ». En effet, la Chine est devenue un pays « célèbre » de par ses contrefaçons répandues dans toutes les rues chinoises où l’on trouve des milliers de produits contrefaits, et par ses exportations qu’on estiment être 80% de la contrefaçon mondiale dans les pays étrangers. On peut  dire que les contrefaçons de ce pays se retrouvent dans le reste du monde, prêt à faire de la concurrence aux marques de luxe établies dans les plus grandes villes du monde.
De ce fait, la Chine se fait « attaquer » par la Communauté Internationale, qui exerce sur la capitale du pays une pression forte afin que celui-ci règlemente le droit de propriété intellectuelle, qui se trouve être une notion « nouvelle » dans ce pays. De plus, dans la société chinoise il n’est pas mal vu de faire de la contrefaçon, bien au contraire pour les chinois cela relève du partage. Aussi, il existe dans ce pays trois formes de contrefaçon : grossière (de mauvaise qualité), de qualité (usines spécialisées) et identique (vendu sur le marché noir) avec une forte croissance pour celle-ci.
Les marques de luxe les plus souvent contrefaites en Chine se trouvent être la grande entreprise Rolex, celle de Cartier et bien d’autres encore. Plus le produit est de luxe, et plus il sera contrefait. Mais il y a aussi des marques chinoises connues qui se font contrefaire ce qui donne d’elles une mauvaise image et ces marques perdent la confiance de leur consommateur et voient leurs marges diminuer.


On peut également se procurer très facilement de la contrefaçon en Thaïlande, comme dans la ville de Bangkok où les rues sont remplies de produits contrefaits. Il n’y a pas à chercher bien loin, les rues en sont remplies.
Les produits contrefaits, en Thaïlande qui sont principalement le textile, sont affichés à la vue de tous afin d’attirer les touristes et même des autochtones qui s’intéressent aux reproductions de leur marque favorite à bas prix. 
Mais comme si cela ne suffisait pas, il existe en Thaïlande des petits commerces se permettant de vendre uniquement de la contrefaçon , et cela légalement. Ce qui peut paraitre le plus choquant pour les individus, ce sont les hypermarchés qui vendent des produits contrefaits comme des lunettes de luxe « Chanel » en tête de gondole, à la vue de tous, avec sur ceux-ci des promotions. 

En Corée du Sud, la contrefaçon fait un grand boum industriel en atteignant des sommets, mais cela n’inquiète pas vraiment le gouvernement qui ferme les yeux sur ces pratiques. Elle se trouve être envahie par la contrefaçon chinoise, même si elle a tout de même ses propres produits contrefaits dans tous les domaines. La contrefaçon sud coréenne est spécialisée dans les bijoux contrefaits, mais elle ne se prive pas pour autant de faire du tort à de grandes enseignes comme Vuitton... Quelques exemples, il existe en Corée du Sud des « promotions » sur des initiales telles que LV pour Louis Vuitton, G pour Gucci, C pour Chanel, P pour Prada créant ainsi des produits nouveaux qui n‘existaient pas auparavant (casquette Louis Vuitton, jamais mis en vente et jamais créée par l‘industrie LV)… La qualité est tout autre que les produits thaïlandais, ou encore chinois qui est bien moindre. La contrefaçon coréenne est d’une qualité meilleure et fait attention aux détails, en plus de cela, originale ce qui facilite le développement rapide de cette contrefaçon « naissante » coréenne. La Corée du Sud gère difficilement cette contrefaçon en raison de l’exportation par les nombreux touristes  qui la revendente dans leurs pays d’accueil.     

 Les pays du bassin méditerranéen sont également présents dans la contrefaçon de produits de luxe, comme le Maroc.

Le Maroc n’est pas spécialement un pays contrefacteur mais plutôt un pays importateur de produits contrefaits qui proviennent de pays asiatiques comme la Chine ou encore Taïwan, celui-ci se retrouve envahit par la contrefaçon de pays asiatiques. La qualité diffère, en effet, les moyens mis en œuvre au Maroc sont pauvres et rares, souvent artisanales alors que la Chine obtient des moyens plus importants et a même des usines spécialisées dans la contrefaçon. De ce fait, le Maroc n’a pas le même rôle important que la Chine, par exemple. Mais il reste malgré tout l’un des pays  de la contrefaçon, dans le bassin méditerranéen. Le Maroc n’est donc pas, comme on pourrait le croire "le berceau de la contrefaçon".   

Le Maroc n’est pas seul pays contrefacteur du bassin méditerranéen, en effet, il y a également l’Italie. C'est un pays européen  qui a une importante économie. Malgré cela, il est l’un des pays les plus importants de contrefaçon. Cette petite botte qu’est l’Italie s’est spécialisée dans la maroquinerie. Mais, le pays ne s’arrête pas qu’aux sacs en cuir… Comme tout autre pays contrefacteur il touche à toute sorte de contrefaçon. Il contrefait également leur propre marque de vêtements de luxe comme Fendi, Versace… Ces contrefaçons sont « faciles » d’accès pour tous pays faisant partie de l’Union Européenne qui « ouvre » les frontières aux membres de cette Union. De ce fait, il est plus facile pour un français de revenir dans son pays avec un sac Prada flambant neuf contrefait « made in Italy » en passant une frontière simplement surveillé par la douane, que de s’envoler avec des produits contrefaits en avion dans un autre pays ne faisant pas partie de l'Union Européenne. 

Mais les gouvernements asiatiques commencent à se pencher sur l’idée de diminuer cette production illégale et nuisible. Pour cela, des pays tels que le Japon, Taiwan et même la Chine mettent des moyens en œuvre afin de l'arrêter.

    Le Japon fait partie des pays où la contrefaçon est en voit de diminution, avec de nombreux contrôles par les douanes effectuées qui ont doublés, même si les saisies restent stables. Les autorités de police faisant leur travail correctement, la contrefaçon commence à se faire de plus en plus clandestinement ce qui peut s’avérer être « grave » pour le mouvement de baisse de produits contrefaits dans ces pays. Etant donné que les japonais sont friands de contrefaçon avec plus d’un million d’articles saisis en 2007, la lutte sera difficile. Il existe même à présent des unités spécialisées afin d'agir contre ce genre de délit.

La police forme une cinquantaine d'enquêteurs sur trois marques de luxe très souvent contrefaits comme Louis-Vuitton, Hermès et Rolex afin de distinguer ces produits contrefaits mis en vente par un commerçant. Les ventes sur le marché, dans des petits magasins spécialisés existent toujours mais reste plutôt rare à voir.    De plus, afin de diminuer la contrefaçon, les entreprises copiées se retrouvent à faire des contrôles de sécurité à leur façon. Par exemple, à présent pour se connecter sur un compte Yahoo il faudra avoir obtenu un code d’identification.
Grace à l’outil internet les japonais sécurisent davantage leurs sites d’achats en ligne. En effet, au Japon un site vendant plus de vingt produits se retrouve être un commerçant et doit s’identifier auprès d’une entreprise appelée METI. Ce qui fait que les commerçants fraudeurs japonais sont moins présent sur le net.

La Chine quant à elle a mis en œuvre en 2007 un plan d’action mêlant douane européenne et douane chinoise sur la protection des droits de propriété intellectuelle. Pour cela le pays doit faire attention aux contrefaçons en regardant la qualité du produit, ainsi que les détails parfois petits à voir.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×